Bol d'air pour rester zen & positif. Relevez le défi !

March 17, 2020

Bol d'air pour rester zen & positif. Relevez le défi !

Face à cette crise sanitaire mondiale où le seul moyen de se protéger et surtout de protéger nos proches, c’est de rester loin d’eux (drôle de paradoxe!), j'ai envie de partager avec vous mes inspirations et mes outils teintés de psychologie positive, de neurosciences et de pleine présence… pour rayonner collectivement une belle énergie de soutien, de force et de création ! Une modeste contribution dans le partage et les liens du cœur.

 

Cette situation sans précédent vient ébranler notre quotidien et notre confiance, et il est bien normal de se laisser gagner par la peur, l’inquiétude et le négativisme ambiants. C’est une réaction humaine…

Et en même temps, il s’agit de notre Vie, de notre Santé, de notre qualité de vie, et de notre aptitude à nous adapter à ce qui est, malgré tout. 

J’ai expérimenté cette situation il y a 10 ans, accompagnant mon bébé alors atteint d’une maladie orpheline grave, découvrant qu’une énergie est là, quoiqu’il arrive et nous permet d’avancer, d’espérer, d’aimer, de donner, de créer...

Alors, comment rester zen & positif en ce temps de crise ?

"La peur n'empêche pas de mourir, elle empêche de vivre" - Naguib Mahfouz

 

Bien que nous soyons capables de comprendre qu’une réaction de peur excessive est irrationnelle, nous ne parvenons pas toujours à la dépasser. Les neurosciences nous apportent régulièrement de nouvelles réponses fascinantes sur nos comportements. En 2010, le Neurocentre Magendie à Bordeaux (et plusieurs équipes suisses et allemandes), ont identifié pour la première fois des circuits neuronaux inhibiteurs impliqués dans l’acquisition de la peur et la manifestation de ses réponses comportementales. Ils se situent dans une région du cerveau nommée amygdale qui reçoit des messages de nos sens (vue, ouïe, etc.) face à un danger. Elle s’active alors, provoquant un "état de choc" pendant lequel nous ne savons pas quoi faire ou agissons de façon irrationnelle !

 

Vient ensuite une deuxième étape: après une évaluation approfondie de la situation, les structures corticales envoient à l’amygdale un signal qui l’inactive, ce qui nous permet de prendre une décision afin d’agir au mieux et de nous sortir de ce mauvais pas. Mais parfois, la peur demeure, se transformant en stress voire en anxiété et paralysant nos réflexions.

 

Il existe ainsi 2 « types » de peur :

1/ Peur émotion forte éprouvée face à un danger immédiat, réel, vu, reçu… qui répond à une question de survie, de protection…

2/ Peur interne liée à nos pensées. A ce moment-la, nous ne sommes plus dans le moment présent, dans le vivant, dans le réel, mais bien dans nos pensées, dans nos projections, nos angoisses, nos représentations…

 

Ainsi, le simple fait de voir des images d’étagères vides dans les supermarchés en plus des fausses nouvelles et des canulars qui circulent au sujet du coronavirus, peut contribuer à alimenter une peur panique : Peur de manquer, peur de subir, peur de ne plus pouvoir faire ses courses, besoin de contrôle, besoin d’être dans l’action pour moins subir… le cerveau est en mode survie !

Or, de nombreuses études (dont celle d’une équipe de recherche Inserm/CNRS/Aix-Marseille Université 2018) ont démontré le lien entre le stress psychologique et la diminution des défenses immunitaires !

 

Alors que faire pour lâcher la peur ?

  1. Choisir où l’on porte son attention et s’informer auprès de sources fiables, utiles, alignées… (le test des 3 passoires vu en formation sur les Accords Toltèques)

  2. Accueillir ses émotions et son état, observer, sans juger… ce sont des indicateurs qui parlent de soi, « d’où l’on part » pour mettre en place de petits changements de comportements (Mon Plus Petit Pas Possible-PPPP)

  3. Poser ses intentions  : Vers quoi je veux aller ?  De quoi ai-je réellement besoin ? Qu’est-ce qui compte ici et maintenant ? Quels outils ou activités pourraient m’aider, me calmer me rassurer ?....

Le cerveau possède différents systèmes internes qui peuvent diminuer le niveau de la peur. Parmi eux figure l’ocytocine, une hormone inhibant l’activité de l’amygdale. Fabriquée par le cerveau, elle est par exemple produite lors de l'expression de notre attachement aux autres !

 

La relation aux autres, le plus grand pilier du bien-être

 

Tant du point de vue des neurosciences qu’au niveau des études en psychologie positive, nous avons besoin des autres pour se sentir vivant, équilibré, épanoui, heureux !  La relation aux autres est un des plus forts piliers du bonheur. Nous avons besoin de nous sentir aimés, acceptés, compris par d’autres êtres humains, et de donner à notre tour. Et en plus, compter sur un bon réseau social est un facteur de protection face au stress, en amortissant ses effets négatifs sur notre santé, aussi bien mentale que physique !

 

Pas de bol, nous voici confinés, loin les uns des autres, privés de nos activités et moments conviviaux, donc de liens sociaux. 

Alors loin des yeux mais proche du cœur ! Comment rester en lien ?

Les études issues de la psychologie positive regorgent d’expérimentations utiles. Voici ici comment on entraine votre cerveau à augmenter l'ocytocine sans contact physique : 

Lors de 

  • une conversation agréable, même par téléphone

  • une interaction harmonieuse

  • une ambiance chaleureuse

  • un plaisir partagé

  • l’évocation des êtres que nous aimons et de souvenirs

  • le simple contact de l’eau chaude sur notre corps (en conscience)

  • ...

#Restezchezvous #Prenezsoindevous : Profitez de ce temps "contraint"pour recharger vos batteries et développer une énergie positive !
J'ai eu envie d'être utile et d'aider les personnes à vivre du mieux possible ce que la vie nous impose de traverser, pour générer, collectivement, une belle lumière positive, chargée d'altruisme, de bienveillance et porteur de sens !

C'est pourquoi je propose un défi gratuit : 21 jours pour développer son énergie positive    #défiénergiepositive

  • Un jour, un défi !

  • Entrainer son cerveau

  • Ré-orienter son attention

  • Expérimenter quelques pratiques en psychologie positive 

  • Mieux se connaitre

  • Calmer son stress

  • Découvrir des compétences en savoir-être : bienveillance, empathie, altruisme, ouverture, créativité...

  • Etre présent au présent

  • Donner et recevoir, laisser l'énergie nous traverser

  • Nourrir ses 4 batteries (Tête/Coeur/Corps/Conscience)

  • Faire sa part, tel le petit colibris

  • Rayonner !

Tout ce que vous avez à faire, c’est de prendre 15 minutes par jour pour devenir une personne plus positive et mettre à profit ce temps contraint pour mieux cerner vos "drivers" et "moteurs" .

Essayez-le pendant une petite semaine et voyez comment vous vous sentez. Je suis prête à parier : avant de vous en rendre compte, vous aurez transformé votre manière de voir les choses et vous commencerez à penser et agir de faon plus alignée... 

Inscrivez-vous sur le groupe Facebook fermé : Défi Energie Positive >>> #défiénergiepositive

>>> Si vous n'avez pas de compte FB, contactez-moi par mail :  carine.energetique38@gmail.com

Alors, prêt à relever le défi à partir de vendredi 20 mars ?

 

 

Pour aller plus loin

Malgré ce temps de crise, n'hésitez pas à me contacter pour toute question ou besoin ;)

  • Coaching positif par téléphone ou skypeProfiter de ce temps pour vous, pour développer vos compétences en savoir-être, votre posture de manager positif, votre confiance en vous, votre gestion du stress ou tout autre objectif personnel qui vous tient à coeur... Ensemble, nous définirons des moyens pour y parvenir ! 

 

Share on Facebook
Share on Twitter