top of page

BRAVO et MERCI ! Exprimez-vous votre gratitude au travail?

Savez-vous de quoi chacun de vos collaborateurs a le plus besoin en ce moment ?

D’ECOUTE bien sûr, du CARE sans hésiter, de RECONNAISSANCE surtout !

Depuis la mise en place du télétravail généralisé, les collaborateurs ont gagné en autonomie. Plus responsables, ils attendent davantage de liens et de reconnaissance au travail, au risque d’un désengagement pouvant aller jusqu’à une dégradation de leur santé*, des conséquences non négligeables pour la performance de l’entreprise et l'expérience collaborateur.


Bravo et merci : l’impact de ces deux mots de cinq lettres n’a rien de magique

Il peut s’expliquer :

  • Du point de vue des neurosciences : Être félicité pour son action ou son engagement génère dans le cerveau une substance chimique bien connue, la dopamine, source d’émotions telles que le plaisir, la satisfaction et le bien-être. Cette substance, nécessaire à la régulation du système nerveux et fortement addictive, conditionne donc en réalité beaucoup de nos actions.

  • Par la psychologie positive : Etre félicité pour la qualité de son travail renforce le sentiment de compétence et nourrit le besoin d’appartenance sociale ; deux des piliers de la motivation intrinsèque selon le T.A.D, théorie de l’auto-détermination de Deci et Ryan.

Mais ça ne fonctionne que si ces mots sont exprimés avec le cœur. S'ils sont prononcés machinalement, sans conviction, sans alignement authentique, sans connexion à l’émotion de gratitude, le collaborateur a juste l'impression que vous « le caressez dans le sens du poil »

La reconnaissance de gratitude, concrètement ?

Tout d’abord la reconnaissance : Bien qu’importante, elle n’est pas limitée à la seule dimension financière. La reconnaissance recoupe 4 dimensions principales :

  • La reconnaissance existentielle : c’est le besoin de reconnaissance en tant qu’être humain et non en tant que fonction dans l’organisation

  • La reconnaissance de l’investissement dans le travail : c’est la reconnaissance des efforts ou de l’engagement fournis pour réaliser la mission

  • La reconnaissance des compétences, des aptitudes, de la capacité d’innovation, de création ou à travailler en équipe...

  • La reconnaissance des résultats du travail, qui peut être factuelle, mesurable et qualitative. Elle permet des ajustements guidés par une forme d’évaluation en lien avec les objectifs identifiés


La gratitude, plus qu’un simple merci


Largement étudié en psychologie positive notamment par Rebecca Shankland, psychologue, maître de conférences à l'université Grenoble-Alpes, responsable du D.U. de psychologie positive et chercheuse, la gratitude est un état d’esprit ou un sentiment de reconnaissance envers une personne dont on a reçu un bienfait ou un service, et qui nous incite à donner quelque chose en retour. C'est aussi une émotion interpersonnelle.


Deux étapes sont nécessaires pour aboutir au sentiment de gratitude :

1. d’une part, constater qu’un évènement positif ou agréable est survenu

2. d’autre part, qu’il est dû à une personne ou un groupe ayant agi intentionnellement à cet effet.


C’est un véritable moteur de bien-être pour celui qui la cultive et pour celui qui en reçoit l'expression.

Je vous invite à expérimenter la gratitude sur le plan personnel et professionnel, un puissant levier pour lutter contre la morosité et le mal-être > Participez au programme CARE pour apprendre la gratitude, parmi d'autres compétences.



Comment exprimez-vous votre gratitude à votre équipe ?


1. 🗝 Prononcer des paroles valorisantes : Ce sont les messages qui témoignent d’une satisfaction, de votre gratitude pour la qualité du travail accompli : « Excellent travail ! », « C’est bon de pouvoir compter sur toi ! », « Bravo pour ta performance ! »… Si ces paroles agissent comme de véritables boosters pour certains, d’autres n’y prêtent que peu d’attention, ils seront sensibles à d’autres formes de reconnaissance.

A noter que le message délivré peut adresser 4 sphères différentes : Le travail réalisé, les efforts déployés et l’individu et ses qualités. L’impact sur la motivation ne sera pas le même : « Félicitations pour avoir fait le boulot dans les délais » aura moins d’impact que « Félicitations ! Vous avez bien bossé et je suis conscient que ce n’était pas facile ! » qui aura à son tour moins d’impact que « Je tiens à vous féliciter pour le travail accompli. Vous êtes une super équipe ! Je suis fier de vous, de vos compétences et de votre engagement. »


2. 🗝 Proposer des moments de qualité : Certaines personnes ont besoin que leur manager leur consacre du temps pour se sentir reconnues. Elles attendent des moments d’échanges qu’ils soient formels ou informels. Le temps passé et la qualité de l’échange représentent pour elles un témoignage de reconnaissance fort qui contribue à les motiver durablement.


3. 🗝 Offrir des récompenses, signe de reconnaissance qui nous renvoie à notre enfance, période où nos performances et nos bonnes actions étaient encouragées par un cadeau. Les récompenses peuvent prendre toutes les formes possibles : voyage, cadeau, chèque cadeau ou autre gratification…


4. 🗝 Activer l'écoute et la prise en compte, « Est-ce qu’on tient compte de mes suggestions ? », « On fait semblant mais toutes les décisions sont prises sans nous ! », « On le répète sans cesse mais ça ne change rien ! », etc. Quelques exemples de réflexions souvent entendues dans les équipes…

Faire croire aux collaborateurs qu’ils sont écoutés et n’en rien faire, c’est aller à coup sûr vers les déconvenues. Le résultat est à l’inverse de celui recherché : Les équipes, se sentant manipulées, finissent par se démotiver.

Ecouter et prendre en compte les idées ou remarques qui sont émises est un langage de reconnaissance. C’est montrer sans le dire : « Votre avis compte, vous êtes important pour nous. »


5. 🗝 Oser déléguer : Confier une tâche à responsabilités ou une mission de qualité est une authentique marque de reconnaissance. Le message reçu est «J’ai confiance en toi et je te confie cette mission car je sais que tu vas la réussir. »

Attention à ne pas tomber dans la fausse délégation, celle où on se débarrasse d’une tâche pénible ou insignifiante en faisant croire qu’il s’agit d’une mission de confiance. Les effets sont désastreux car le collaborateur n’est pas dupe et l’image qu’il se fait de son manager est ternie.


6. 🗝 Respecter les conventions : « Bonjour, au revoir ! Bonne année ! Bon anniversaire ! Bonnes vacances ! Content de te voir ! Comment vas-tu ? », etc.

Ces messages normés ont une importance capitale pour certains d’entre nous. Ils ne sont pas signes de reconnaissance en eux-mêmes mais leur absence peut représenter un manque grave de reconnaissance.

7. 🗝 Miser sur un rituel de gratitude : Les rituels forcent la pratique de la reconnaissance pour l’ancrer dans les habitudes. Ensuite viennent le naturel et la spontanéité. J'ai testé plein de rituels en entreprise, du murs de gratitude à l'inclusion centrée réussite, aux compliments et remerciements partagés... il existe plein de déclinaisons possibles !



Je vous remercie de #gratitude pour avoir lu cet article

Je vous invite à participer à mes accompagnements collectifs ou individuels pour connaître le bonheur de développer vos compétences comportementales dont la gratitude, et votre énergie positive !


Lire aussi :


* Les recherches scientifiques indiquent aussi que le manque de reconnaissance a un impact sur la santé de la personne. Par exemple, une étude britannique publiée dans le Journal of Epidemiology and Community Health montre qu’un manque très important de reconnaissance au travail peut augmenter jusqu’à 1,7 fois le risque de maladie cardiovasculaire et jusqu’à 1,9 fois le risque de détresse psychologique.

Commentaires


A l'affiche
Posts Récents
Rechercher par Tags
Archives
bottom of page