top of page

Parlez-vous positif ?

Les Français n’ont pas la réputation d’être le peuple le plus positif de la planète. Au contraire.

Sondage après sondage, les Français se montrent parmi les plus pessimistes d’Europe. Selon le dernier Baromètre Odoxa 2023, le moral des Français est tombé à son plus bas niveau depuis 2 ans avec 79% de « défiants » en l’avenir. Ce qui situe la France à la dernière place en Europe !

Alors naissons-nous optimiste ou pessimiste ?


La question est complexe. Notre personnalité et notre état d'esprit sont influencés par de nombreux facteurs, comme notre génétique bien sûr, mais aussi notre éducation, nos expériences de vie, notre culture… D’ailleurs, d’après les neurosciences, nous sommes aussi influencés par la façon dont notre cerveau traite les informations positives et négatives, et il existe des différences d’une personne à l’autre.

Or, il est important de souligner que rien n’est figé : On peut devenir plus positif même si on est issu d’une famille « caliméro ». C’est pourquoi je vous partage 2 exercices sur le parler positif !


Le parler positif, pourquoi ?

En psychologie positive, des études ont montré que ce sont nos expériences qui vont changer notre regard sur le monde, sur les autres et sur les événements en général.

Et la bonne nouvelle, c’est que l’on peut entrainer notre cerveau à changer, à voir les événements agréables et à parler positif pour stimuler nos neurotransmetteurs du bien-être et stimuler notre moral. C'est pourquoi je vous propose 2 exercices simples pour ré-encoder votre cerveau.

1er exercice : supprimer le "mais"

On utilise énormément ce mot sans s’en rendre compte. Et vous allez voir que, si vous voulez le supprimer pendant a minima une journée, vous allez vous rendre compte que vous l’utilisez beaucoup.

Le mot "mais" n'est pas intrinsèquement négatif, on est d’accord. Toutefois, il y a beaucoup de situations où le "mais" est utilisé pour introduire une opposition ou une contradiction, ce qui donne l'impression que ce qui vient après le "mais" est plus important ou plus valable que ce qui vient avant.

Par exemple, si quelqu'un vous dit "Je suis d'accord avec toi, mais ...", cela peut être perçu comme une façon de minimiser votre opinion ou pire, de ne pas la prendre en compte. C’est comme quand un collègue vous fait un feedback qu’il pense positif et vous dit «c’est bien mais je pense que pour la conclusion tu pourrais faire autrement»

En fait, on ne va se focaliser que sur la conclusion, d'autant que, le cerveau humain est 3 fois plus sensible au négatif qu’au positif. Le « mais » supprime tout le positif qu’à l’origine vous auriez voulu communiquer.


Alors parfois, je vous invite à dire juste c’est bien, pas de mais, rien d’autre juste c’est bien et donnant des éléments factuels sur ce qui est bien.


Le 2nd exercice est de supprimer le pseudo positif

Prenons exemple : si un anglo-saxon regarde le magnifique coucher de soleil sur le Vercors depuis Chamrousse (mon spot favori), et bien il va s’exprimer « Wahou, that’s amazing, c’est vraiment beau ! »

Un français, que va-t-il dire ? « Aaaah C’est pas mal »

Dans notre culture, dire que « c’est bien » laisse à penser que c’est figé et que l’on ne va pas pouvoir s’améliorer ! On pense que tout peut être toujours mieux.

Et si on apprenait à savourer ce qui est beau et bien ici et maintenant ? Parce que la vibration du mot « mal » dans notre cerveau est du registre négatif…

Alors, on oublie, les « c’est pas mal », « c’est pas mauvais », « n’aie pas peur » , « ne sois pas stressé… » pour leur résonnance négative et l'impact sur notre état d'esprit et sur notre énergie ! On choisit des mots positifs pour mieux savourer ! On a tous la capacité de modifier notre attitude envers la vie en fonction de nos choix, et de développer ainsi une attitude positive ;)


Besoin de vous faire accompagner ?

Prenons rendez-vous !


Ré-écouter ma chronique du 9 mai 2023 sur ce même thème sur France Bleu Isère



A l'affiche
Posts Récents
Rechercher par Tags
Archives