Le bien-être au travail : Insuffler des bonnes ondes !

July 8, 2018

Considéré par certains comme le miroir aux alouettes ou comme un rêve dénué de réalité économique. Vite caricaturé par des images de salon de massage ou de babyfoot entre collègues. Le bien-être au travail est bien plus qu’une mode : les études montrent son impact positif sur l’équilibre de l’individu, des équipes et sur les performances de l’entreprise.

 

Pour autant, le bien-être au travail n’est pas chose aisée à appréhender et à mettre en œuvre. Il est multifactoriel : contenu des missions, environnement et cadre, relations sociales, culture d’entreprise, management, rémunération, politique RH, plaisir, engagement, autonomie, sens, motivation…sans compter les représentations personnelles du concept de "bien-être".

On peut plus simplement parler du « être bien » au travail. Les mots ont ici une différence plus grande que leur proximité ne le suggère. La promesse de créer des conditions qui permettent à chacun de se sentir bien dans l’accomplissement de ses missions paraît peut-être plus atteignable que la promesse de garantir le bien-être ou le bonheur au travail. Insuffler des bonnes ondes !

 

Quelles actions pour favoriser le bien-être au travail ?

Voici un éclairage à partir de mon expérience d'accompagnement des équipes et des entreprises dans la co-construction des conditions favorables au bien-être, en capitalisant sur les forces et les compétences de chacun et sur les expériences positives du collectif. Des principes issus de la psychologie positive pour insuffler des bonnes ondes !

 

 

1. S’appuyer sur le fonctionnement optimal de soi, de l’équipe, de l’organisation

 

La psychologie positive (PP) est « l’étude des conditions et processus qui contribuent à l’épanouissement ou au fonctionnement optimal des personnes, des groupes et des organisations » (Gable & Haidt, 2005). Elle permet donc à chacun d’explorer son potentiel constructif, qu’il soit individuel ou collectif. L’angle étant personnel (soi) interpersonnel (l’équipe) et social (l’entreprise).

En tant que science, elle fait l’objet d’études régulières. La Harvard Business Review se fait régulièrement l’écho des dernières découvertes.

  • Mon approche PP vise à découvrir et à promouvoir les différents facteurs qui permettent aux individus, aux organisations ou aux équipes d’atteindre un fonctionnement optimal pour pouvoir se développer et prospérer. J’utilise l’Approche Centrée Solutions, pour dénicher les fonctionnements optimaux et les modéliser.

 

2. Considérer le bien-être comme un point de départ (et non un but)

 

Les recherches approfondies de Lyubomirsky ou Achor (2015) ont montré que le bien-être n’est pas issu de bons résultats, mais plutôt la source principale des succès au travail. Le bien-être booste l’énergie et la créativité et favorise les relations harmonieuses et la productivité. Réussites et accomplissements génèrent, à leur tour, le bonheur, créant un cercle vertueux.

  • Mon approche PP : Réaliser un diagnostic du niveau de bien-être des salariés et managers en prenant en compte des facteurs intrinsèques et des facteurs externes qui concernent plus directement le cadre de l'entreprise ; Accompagner par des apports théoriques sur le bien-être et soutenir la co-création d'un plan d'actions en développant les compétences "bien-être" individuelles et collectives.

 

3. Exploiter les émotions positives, révélatrices de talents

 

Qu’est-ce qui enchante notre vie mais qui aussi la perturbe, nous donne énergie et vitalité mais aussi découragement et frustration ? Nos émotions bien-sûr ! Déterminantes, elles influencent et régissent tous nos comportements, y compris professionnels. 

Nous avons besoin de ressentir des émotions positives pour avoir un sentiment de bien-être (Frederickson, 2014).

 

Comme l’ont démontré de nombreuses études, les organisations qui réussissent à augmenter les émotions positives des employés au travail favorisent créativité, prise d’initiatives, capacité d’adaptation, productivité, engagement, épanouissement et bien-être. Elles attirent et fidélisent davantage les talents, sont plus innovatrices, offrent un meilleur service client et obtiennent de meilleurs résultats financiers.

  • Mon approche PP : Ré-orientation de l’attention sur les éléments satisfaisants du quotidien ; gratitude et reconnaissance ;  célébration et encouragement ; partage et empathie. Des compétences qui s’acquièrent par la mise en place de nouvelles pratiques testées scientifiquement.

 

 

4. Concevoir une culture d’entreprise intégrant la valeur "Humain"

 

Il est possible de concevoir une culture d’entreprise à la fois orientée résultat et respectueuse de l'humain, par le soutien social : mettre en place un management positif, s’intéresser personnellement aux employés, leur témoigner de la gratitude et de la reconnaissance pour leurs contributions, favoriser les connexions sociales positives, montrer de l’empathie et du soutien… Ces actions contribuent à créer une culture d'entreprise puisque les liens sociaux favorisent la construction de l'identité sociale.

  • Mon approche PP : Accompagner l’implémentation de la valeur bien-être en valorisant le potentiel humain, le savoir-être et l’aimer-faire par des montées en compétence sur l'intelligence émotionnelle, la connaissance de soi et l'écoute active et constructive.

 

 

5. Relations sociales et connexions, clef de voûte du bien-être au travail

 

Toutes les recherches effectuées en psychologie positive montrent à quel point les relations sociales sont importantes à notre bonheur. Cette dimension se retrouve dans le Modèle PERMA de Martin Seligman (2011). Les relations sociales, affectives et relationnelles qu’elles soient familiales ou professionnelles permettent notamment de donner du sens à notre vie (Devogler & Ebersole, 1981). 

Au-delà de la nécessité de créer une relation solide avec leurs collaborateurs, les cadres doivent également prendre soin de promouvoir de bons rapports entre collègues à travers les réunions, les projets et le travail d’équipe. Des liens sociaux étroits entre collègues se sont révélés comme facteur clé de motivation, de bien-être et de sens au travail (Achor, 2015).

  • Mon approche PP : Former à l’écoute active et constructive, au feedback, à la communication positive. Apprendre à se connaître et connaître l’autre (atelier des forces de caractère) ;  Développer son leadership positif ; Générosité et entraide, confiance, bienveillance et respect.

 

6. Changer d’état d’esprit pour gagner en bien-être

 

L’état d’esprit a été étudié intensément par la psychologie positive. Une des principales sources de notre bonheur provient de notre capacité à considérer la vie : pleine de belles surprises et de moments satisfaisants ? dure et/ou compliquée voire un combat quotidien ? C’est ce que l’on appelle des « filtres de personnalité ». C’est-à-dire qu’en fonction de nos croyances, de notre vision du monde, de nos expériences, de notre éducation, nous avons une idée des choses et une normalisation de celles-ci. Cette norme, qui n’appartient qu’à nous, est très subjective.

 

Ce qui est remarquable, c’est que les personnes ayant l’habitude de voir le coté positif des situations vivent davantage de situations positives et sont plus heureuses. Alors que les situations négatives ont tendance à « s’acharner » sur les gens de nature négative, ce qui leur donne d’ailleurs de bonnes raisons pour se méfier et continuer à voir ce qui ne va pas... Intéressant non ? En fait, une situation n’est jamais "positive" ou "négative" en elle-même. C’est une situation, avec des caractéristiques, point. Et le reste, c’est nous-même qui allons le créer. La psychologie positive base toutes ses recherches sur ce concept de vision de la vie.

Par exemple, les études montrent qu’une personne qui utilise quotidiennement ses forces naturelles a six fois plus de chance de se sentir optimiste, engagée et épanouie dans son travail (Dweck, 2010).

  • Mon approche PP : Révéler les forces de caractère, outil pertinent pour l’accompagnement des collaborateurs et des équipes. Créer un climat motivationnel répondant aux trois besoins psychologiques fondamentaux (Théorie de la motivation auto déterminée, Deci et Ryan, 2000). Apprendre à cultiver son énergie positive, gagner en confiance en soi et en congruence.

 

 

 

 

POUR CONCLURE : BIEN-ETRE AU TRAVAIL, ET SI C’ÉTAIT FAIT ?

 

Et si c'était fait ? On ne parlerait plus ni de burn-out, ni de bore-out ! L’équilibre vie professionnelle / vie privée serait une réalité et les entreprises permettraient de se sentir bien et à sa place : meilleure vision quant au sens de ses actions dans une organisation globale, reconnaissance par ses pairs et par la hiérarchie, relations de travail plus collaboratives... L’entreprise assumerait sa responsabilité sociale. Les collaborateurs ne sont plus des ressources mais des parties prenantes. Le travail est un lieu d’épanouissement, dans lequel chacun a conscience de sa contribution à une œuvre plus globale. Et on le sait, les entreprises qui prennent en compte les principes de la psychologie positive au travail sont prospères. Elles affichent de meilleurs résultats en termes d’engagement des collaborateurs, d’innovation, de rotation du personnel, d’absentéisme, de coûts de la santé et, de chiffre d’affaires.

 

 

Le bonheur de libérer son potentiel

En savoir + 

 

 

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Réveillez vos neurones du bonheur en participant au programme CARE

November 18, 2019